Marc Ehrlich : la valeur de nos déchets

medias Sep 01, 2021

J'ai le grand honneur d'être chroniqueuse à l'émission "Entrepreneurs" de la Télé Vaud-Fribourg en compagnie de Nasrat Latif.
J'aborde de manière privilégiée des sujets liés à l'économie régénérative, durable et l'entrepreneuriat au féminin.
Aujourd'hui, c'est Marc Ehrlich, qui co dirige la société Retripa, qui nous parle de la deuxième vie de nos déchets. 

Poubelle, ma belle poubelle, dis-moi comment va notre société ?

 

Pendant les confinements, on faisait tout livrer à la maison

Et on remplissait les poubelles de carton

Aujourd’hui, qui dit consommation dit déchet

Et les volumes qui arrivent aux usines de Retrival en disent long

Quand le PIB augmente, les poubelles grossissent

 

Pour mettre nos poubelles à la diète, trois réflexes :

Réduire, Réutiliser et Recycler

Notre invité Marc Ehrlich est un champion du troisième levier.

Les entreprises ont compris depuis longtemps la valeur de leurs déchets

C’est donc aux particuliers qu’il faut maintenant s’adresser.

 

Car si nous consommons beaucoup, nous sommes aussi les champions du tri !

Dans le canton de Vaud nous trions 57% de nos déchets

Précisions que la taxe au sac nous y a beaucoup aidés

 

Lorsqu’un déchet est recyclé, il a droit à une deuxième vie

Soit dans sa forme originelle, soit sous une autre déclinaison

C’est un pan entier de l’économie que l’on nomme circulaire

Et que l’on aimerait voir prospérer.

 

Dans la grande famille des déchets,

Il y a les bons élèves :

Le verre, le papier et le carton, le bois, le PET, l’alu, les déchets verts

Et comme dans chaque famille, un cas désespéré

Ceux dont ne peut rien faire et qui déçus, de leur karma unique

Se décomposent à en devenir toxique

J’ai nommé les plastiques

Contre ceux-là on aimerait bien

que le législateur y mette du sien

 

Les plus défaitistes d’entre vous me diront

À quoi ça sert ?

De trier si précisément, d’être les champions du monde

Dans notre toute petite Suisse

Alors qu’au bout de la planète

Le ruisseau qui traverse le village est une décharge à ciel ouvert.

Un fosse toxique qui laisse sceptique

 

C’est vrai que quand on a faim,

La question des déchets devient subsidiaire, secondaire

Et que la meilleure manière d’être écolo,

c’est sans doute de donner un coup de main,

De partager, de réduire les inégalités pour qu’ensemble comme une seule unité

L’humanité se mette à nettoyer.

 

Poubelle, ma belle poubelle, dis-moi comment évoluera notre société ?

Elle va se raisonner et réfléchir chaque déchet.

N’achètera que le nécessaire,

réutilisera autant que possible

Et votera pour limiter certains plastiques inappropriés.

Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.