Réduire l'empreinte carbone de son entreprise avec Werner Halter

medias Jan 20, 2021

Je suis chroniqueuse à l'émission "Entrepreneurs" de la Télé Vaud-Fribourg et j'y aborde de manière privilégiée des sujets liés à l'économie régénérative, durable et l'entrepreneuriat au féminin.
Aujourd'hui, nous explorons les possibilités de diminuer l'empreinte carbone d'une entreprise avec le spécialiste Werner Halter. 

Climate Services accompagne les entreprises dans la gestion des enjeux climatiques et la réduction de leur emprunte carbone. Entretien avec le fondateur de la société fribourgeoise, Werner Halter.

Le philosophe Arthur Schopenhauer nous a appris qu’un virage sociétal, une innovation de rupture passe toujours par trois stades : ridicule, menaçant puis évident.

L’électricité était ridicule, puis dangereuse et menaçante avant de devenir évidente.

Le droit de vote de la femme : ridicule, menaçant, évident.

Le smartphone : ridicule, menaçant, évident.

 

Et aujourd’hui il est question de maîtriser ses émissions de carbone. Alors nous passons, tout à fait normalement par ces mêmes trois étapes :

 

Quoi ? La toute petite Suisse aurait un impact sur un phénomène mondial en contrôlant ses émissions ?

Ridicule !

Lorsqu’approchera l’horizon 2030, on peut raisonnablement projeter que le cadre légal évoluera pour encourager puis contraindre l’économie à aller dans ce sens.

 

Quoi ? Il va falloir que toutes les entreprises s’y mettent et il y a aura probablement des sanctions pour assurer l’adhésion ? Menaçant !

 

Jusqu’au jour où il sera évident que toute activité économique quelle qu’elle soit puisse justifier de la plus grande frugalité carbone possible.

À ce moment-là, ce ne sera même plus un sujet car on fera face à d’autres enjeux.

 

La question n’est donc pas de savoir si on va s’y mettre ou pas mais de décider quand.

 

Ferons-nous partie des pionniers ?

des avant-gardistes qui seront soutenus dans leur audace ?

Pour ceux-là, les étoiles sont alignées.

Ils pourront compter sur

  • des mesures d’encouragement des pouvoirs publics,
  • l’accueil enthousiaste du public qui attend de voir les entreprises s’impliquer sur ces thématiques
  • l’intérêt des investisseurs car on le voit, la finance vit un déplacement de capitaux historiques sur les entreprises bien intentionnées.
  • Et accessoirement le soutien technique de spécialistes éclairés comme Werner Halter qui ne sont – pas encore – débordés.

 

Ou alors, prendra-t-on place, 10 ans plus tard, dans la cohorte des suiveurs qui se conforment aux directives, éventuellement sous la contrainte ?

 

Le talent des entrepreneurs est de repérer les opportunités.

Alors j’en convient mille fois, en temps de pandémie, on est plus enclin à rester sur la réserve, à protéger ce qui peut l’être qu’à partir à la chasse au trésor.

Mais dans le marasme ambiant, s’offrir des perspectives de durabilité, d’implication et se mettre en projet, ça peut aussi soutenir le moral. Avis aux audacieux !

 

Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.